Vendredi 23 juin 2017 - Quotidien

Vous êtes atteints de diabète traité par insuline ?

Vous vivez bien avec votre maladie, mais vous savez qu’une hypoglycémie peut survenir. Dans la journée, vous savez en reconnaître les signes et vous savez que faire pour vous resucrer. Mais la nuit, les choses se compliquent. Il est beaucoup plus difficile d’en ressentir ou d’en identifier les symptômes(1).

Pour gagner en sérénité et en liberté, voici 3 conseils qui vous permettront d’avoir un coup d’avance sur les hypoglycémies nocturnes et faire en sorte de les éviter.

1. Envisagez la mesure du glucose en continu

La détection et la prévention de l’hypoglycémie repose en premier lieu sur la mesure de votre taux de glucose. Quel est le moyen le plus fiable pour cela ? C’est la mesure du glucose en continu. Ces systèmes sont d’une grande aide car ils permettent de détecter des hypoglycémies nocturnes que vous pouvez ne pas ressentir(1). Des lecteurs permettant ce genre de mesure sont disponibles, parlez-en à votre médecin.

 

2. Anticipez l’hypoglycémie nocturne en prenant un en-cas

Si vous n’avez pas encore opté pour une mesure en continu de votre glucose, il est prudent de mesurer votre glycémie au coucher. Cette évaluation permet d’identifier une éventuelle hypoglycémie qui pourrait s’aggraver au cours de la nuit.

Votre glycémie est un peu basse ?

Prenez un petit en-cas, une collation à faible index glycémique par exemple (1). Les collations sont issues du fractionnement des repas. Soyez vigilants et prenez-les bien en compte dans vos apports nutritionnels quotidiens.

Vous êtes en manque d’inspiration pour vos collations?

Voici quelques idées d’apport de 15 à 20 g de glucides(2) :

  • 1 fruit ou 1 compote ou 3 à 4 fruits secs (abricots secs, pruneaux, etc.)
  • 30 g de pain ou 2 biscottes + 1 noisette de beurre*
  • 30 g de céréales dans du lait ou 1 barre de céréales
  • 1 yaourt aux fruits ou 1 pot de crème dessert
  • 2 madeleines* ou 4 petits sablés* ou petits-beurre*
  • 2 à 3 carrés de chocolat* et 20 g de pain

*Attention, ces aliments contiennent des lipides

Vous avez passé la soirée avec des amis et avez bu un peu d’alcool ? Rappelez-vous que dans ce cas, la collation est d’autant plus importante. La consommation d'alcool peut en effet faire baisser votre glycémie et entraîner une hypoglycémie (3).

 

3. Envisagez une adaptation de traitement

Votre diabète mais aussi ses traitements, comme l’insuline, sont à l’origine de vos hypoglycémies. Le soir, il est primordial d’ajuster leur dosage ou de préférer par exemple des analogues lents de l’insuline. Ce type d’insuline réduit le risque d’hypoglycémie du fait de leur action progressive, contrairement aux analogues rapides(1).

Vos hypoglycémies sont fréquentes ?

Consulter votre médecin pour en discuter, il pourra peut-être envisager un traitement avec une pompe à insuline selon votre état clinique.

Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter une bonne nuit…

1. Schlienger JL. Hypoglycémies nocturnes chez un diabétique traité. Repères pratiques. Réalités en nutrition et en diabétologie # 22_Novembre 2009.
2. SFD. Médecine des maladies métaboliques. Référentiel de bonnes pratiques. Nutrition & Diététique. Diabète de type 2 de l’adulte. Hors-série 1. Vol. 8 _ 2014.
3. Diabète Québec. Guide d’alimentation pour la personne diabétique. 2011
INSTIT2405ADC316b-Mai 2017