La télémédecine appliquée au diabète : quand le médecin est dans votre poche

La télémédecine appliquée au diabète

 

La télémédecine consiste en l’utilisation de techniques de communication électroniques afin d’échanger des informations médicales pour le bien des patients. Or, comme toute maladie chronique, la prise en charge du diabète nécessite des consultations régulières. De plus, le traitement du diabète repose en grande partie sur le contrôle de la glycémie / du taux de glucose. La télémédecine est un outil particulièrement intéressant lorsque les patients ont des difficultés pour se déplacer, ou encore dans les régions rurales où les médecins sont peu nombreux, ou difficiles d’accès.

La télémédecine en pratique

À quoi peut ressembler la télémédecine, dans la vraie vie ? La première forme de télémédecine est tout simplement la consultation téléphonique avec un soignant. Une étude a montré qu’un appel trois fois par semaine par une infirmière entraînée permettait une vraie baisse de l’hémoglobine glyquée1.  Plus « moderne » et surtout moins coûteux, la transmission des glycémies / taux de glucose au jour le jour par différents systèmes informatiques, assortie d’un rappel par une infirmière en cas de glycémies ou taux de glucose trop élevés, permet un meilleur contrôle de la maladie1.

Qu’en pensent les personnes vivant avec le diabète ?

La télémédecine est souvent bien acceptée par les personnes vivant avec un diabète, permettant de donner un petit « coup de jeune » au traditionnel carnet d’auto surveillance. La transmission continue des informations permet d’être rassuré et de se sentir proche de l’équipe soignante, car le diabétologue reçoit des messages d’alerte en cas, par exemple, d’hypoglycémies trop fréquentes. De plus, le fait de sortir son smartphone, comme on consulterait un réseau social, permet pour certaines personnes vivant avec le diabète de ne pas être identifiés comme ayant une « maladie ». Certaines personnes, qui n’avaient jamais pu apprivoiser l’utilisation du carnet d’auto surveillance classique sont parfaitement à l’aise avec leur smartphone, et deviennent ainsi des acteurs du traitement de leur diabète. Les études le montrent, les patients inclus dans de tels programmes sont satisfaits et voient leur glycémie / taux de glucose baisser2.

Mais attention, cette « télémédecine » ne doit pas occulter l’importance du lien entre le médecin et les patients, fondamental pour la qualité des soins, et donc pour la gestion du diabète et le bien être des personnes vivant avec le diabète. Ce rapport de confiance doit permettre de répondre aux questions du quotidien tout en conservant le caractère privilégié du moment de la consultation3.

 


Références bibliographiques :

1. Franc et al., « Telemedicine and diabetes ».
A. Daoudi, S. Mounier, B. Boucherie, D. Dardari, H. Laroye, B. Neraud, E. Requeda, L. Canipel, et G. Charpentier. « Telemedicine and diabetes: Achievements and prospects ». Diabetes & Metabolism 37, no 6 (1 décembre 2011): 463-76. https://doi.org/10.1016/j.diabet.2011.06.006.
2. Marcolino et al., « Telemedicine Application in the Care of Diabetes Patients ».
Marcolino, Milena Soriano, Junia Xavier Maia, Maria Beatriz Moreira Alkmim, Eric Boersma, et Antonio Luiz Ribeiro. « Telemedicine Application in the Care of Diabetes Patients: Systematic Review and Meta-Analysis ». PloS One 8, no 11 (2013): e79246. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0079246
3. Netgen. « Le diabète et l’ère de la télémédecine ». Revue Médicale Suisse. Consulté le 20 octobre 2017. https://www.revmed.ch/RMS/2014/RMS-N-433/Le-diabete-et-l-ere-de-la-telemedecine.  

INSTIT3105ADC418-c- Septembre 2018